» Aménagements » Piste avenue du général de Gaulle
 
Piste avenue du général de Gaulle

 

« Dans la famille pistes cyclables, je voudrais l’avenue de Gaulle. »

Eh oui, depuis quelques semaines, on peut emprunter cette avenue à vélo sans frôler les voitures : il suffit d’emprunter la piste sur trottoir qui y a été réalisée. Elle a été judicieusement choisie puisque des sondages récents auprès des Châlonnais pointent du doigt cette avenue comme un endroit problématique. Et elle est belle avec ses frondaisons printanières ! (photo 1) Désormais les cyclistes pourront l’emprunter en toute sécurité.

Hélas, sitôt mise en place, les voix s’élèvent déjà pour en souligner le défaut majeur.

Des montagnes russes, comme dans la rue du Ct Derrien ? Non, on apprend de ses erreurs et on ne les commet pas deux fois.
Des réverbères en rive de piste comme sur l’avenue de Paris ? Même réponse.
Cette fois-ci le problème vient des cailloux placés dans la rigole qui longe la piste. (photo 2). Ils n’ont pas été placés là par hasard. Ni pour faire beau. Ils ont leur utilité : ils sont drainant et absorberont les eaux de pluie pas si rares sur Châlons. Un espace de pelouse, plus stable, n’aurait pas eu le même effet.
Hélas, ces cailloux ne sont pas dociles, ils se répandent sur la piste et le trottoir. (photo 3) Ils servent aussi de canisettes, les maîtres de chiens n’ayant pas tous intégré les idées d’hygiène et de propreté ! L’agglo a été alertée mais pour l’instant n’envisage aucun changement. Il faut espérer que les cailloux se tasseront et resteront davantage en place. Cette rigole s’ajoute à un auter problème : celui des voitures qui se garent en travers de la piste (photo 4). A ce moment, pour le cycliste, pas d’autre choix que de passer sur le trottoir. Facile, direz-vous. Sauf que pour aller sur le trottoir, il faut passer les cailloux. Et tous les cyclistes le savent, une roue un peu rapide dans une grosse épaisseur de caillox, c’est le gadin assuré !

Rappelons au passage une évidence  : cette piste n’est pas obligatoire. En effet, si on en voit bien les avantages pour les personnes vulnérables ou peu sûres d’elles ou pour les familles, les cyclistes avertis lui préfèreront la chaussée.
 « Pourquoi, mais pourquoi, ces cyclistes pour qui on dépense tant d’argent (mais beaucoup moins que pour les véhicules à moteur, rappelons-le au passage !) n’utilisent-ils pas ces pistes ? » demandent parfois certains.

Pour plusieurs raisons :

  • on roule moins vite sur une piste sur trottoir parce qu’on adapte sa vitesse, le piéton y étant prioritaire. Et puis, parce qu’il faut slalomer avec les voitures qui confondent piste cyclable et parking ! (photo 4).
  • on roule moins régulièrement car, à chaque intersection, le cycliste n’est pas prioritaire pour la traversée, même s’il a un cheminement tracé au sol ( ici rue Jean Jaurès, photo 5). Pour rappeler cette règle aux cyclistes ne la connaissant pas encore, des cédez-le-passage vont être peints sur le sol de la piste à chaque fois que celle-ci croise une rue.
  • on roule moins confortablement. Certes, la chaussée n’est pas parfaite partout et nous connaissons tous des nids-de-poule à éviter, mais la descente et la montée des trottoirs n’est pas toujours un plaisir. Par exemple, les 6,5cm de trottoir à passer au niveau de la rue Lemoine sont vraiment inconfortables. Et pas uniques. (photo 6 )
  • on roule moins facilement, car si on veut atteindre un objectif sur la gauche (le stade Lauvaux en venant du centre ville, par exemple), on est un peu coincé.

Et puis se pose le problème de sortie ou d’entrée de piste. Pour l’entrée, dans le sens centre ville/ Ste Thérèse du Verbeau (photo 7 ) : aucune difficulté. En revanche, les sorties sont inexistantes : la piste s’arrête, le trottoir commence et le cycliste est perplexe. (photo 8)
Voilà pourquoi, certains cyclistes continuent à utiliser, comme la loi le leur permet, la chaussée alors qu’une piste sur trottoir existe à côté.

Malgré tout, saluons cette nouvelle piste qui rassurera tous les cyclistes ne se sentant pas en sécurité mêlés à la circulation automobile. D’autant qu’à chaque extrémité de cette avenue se trouvent un collège et une école.

 
photo 1
photo 1
photo 2
photo 2
photo 3
photo 3
photo 3
photo 3
photo 5
photo 5
photo 6
photo 6
photo 7
photo 7
photo 8
photo 8
photo 4
photo 4
 
 
Publié le jeudi 26 avril 2018

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le samedi 3 février 2018
 
Publié le lundi 7 août 2017
 
Publié le vendredi 24 juin 2016
 
Publié le samedi 2 mai 2015
 
Publié le vendredi 27 mars 2015
 
Publié le mercredi 22 octobre 2014
Mis à jour le jeudi 13 novembre 2014
 
Publié le jeudi 2 octobre 2014
 
Publié le lundi 12 mai 2014
 
Publié le lundi 12 mai 2014
 
Publié le lundi 5 mai 2014
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le mardi 28 août 2018