» Echos cyclistes » Un plan pour les vélos
 
Un plan pour les vélos

 

Mardi 27 novembre 2018, un grand plan mobilités a été annoncé par le gouvernement. Une partie de ce plan comprend le plan vélo déjà publié le 14 septembre 2018, et communiqué par le Premier Ministre Edouard Philippe.

Cette inscription du plan vélo en entier au sein du plan mobilités donne bon espoir de le voir appliqué même s’il faut maintenant attendre la publication des arrêtés qui feront passer cette déclaration de « bonnes intentions » à une réalité applicable.

Pour mémoire, le plan vélo dévoilé en septembre est une grande première puisque jamais l’état ne s’était autant engagé sur la pratique du vélo. Qui plus est ce plan est doté d’un financement de 50 millions d’euros par an sur 7 ans. Pour remettre les choses en proportion, avec cette somme, on peut réaliser 250 mètres d’autoroute urbaine !

Ce plan a pour objectif de tripler la part modale du vélo, de passer de 3 % à 9 % de cyclistes (moyenne nationale). Pour cela, il s’appuie sur quatre grandes orientations :

La sécurisation des déplacements vélos

Un des arguments souvent avancé pour ne pas se déplacer à vélo est le manque de sécurité . Sécuriser les déplacements étaient donc en effet une priorité même si, à Châlons, le nombre d’accidents reste très en deçà des chiffres nationaux.
Il est donc prévu dans ce plan de développer les aménagements cyclables en dotant les communes de fonds donnés après appels à projet.
Prévue aussi, la généralisation, sur 10 ans, les sas cyclables aux feux. Cette consigne a priori assez simple à appliquer se complique sur les feux à masse métallique (ceux qui se déclenchent seulement lorsqu’une voiture est arrêtée au feu) car il faudra alors changer les capteurs de place. On peut cependant applaudir cette mesure qui permet au cycliste de se placer devant la file de voitures à l’arrêt, lui évitant de respirer les vapeurs d’échappement et, surtout, d’être bien visible et, donc plus en sécurité.

Annoncée aussi, la généralisation des double sens cyclables (DSC), même dans les zones 50. Les DSC pour l’instant limitées aux zones 30, permettent aux cyclistes en prenant des raccourcis, de gagner du temps et de l’énergie. Car ne l’oublions pas, le vélo avance à l’énergie musculaire ! Rappelons au passage que les DSC ne présentent pas de danger (aucun accident à déplorer sur Châlons depuis leur création) puisque arrivant face à face, cyclistes et automobilistes se voient et peuvent donc adapter leur conduite.

Le gouvernement prévoit aussi une communication systématique sur chaque nouvelle mesure en faveur des vélos. Voici une très bonne nouvelle. Combien de fois des automobilistes garés sur des sas cyclables ne disent-ils pas ne pas connaître cet aménagement ! IL y a certes, une part de mauvaise fois mais il faut avouer que de nombreuses nouveautés sont installées sans explications.

La lutte conte le vol

La crainte du vol représente un frein considérable à la pratique du vélo. C’est pourquoi un volet y est consacré avec, en particulier, un plan d’action contre le vol avec la facilitation du dépôt de plainte en cas de vol, l’amélioration du stationnement vélos sécurisé (au niveau des gares surtout) et l’obligation pour les vélos neufs d’être marqués d’un numéro rappelant l’actuel Bicycode.

Il faudra voir avec le temps si ces déclarations d’intention sont vraiment suivies d’effet. Pour ce qui est des abris sécurisés par exemple, la mise en place doit être confiée à la SNCF. Aura-t’elle les moyens et l’envie de suivre ?

La création d’un cadre incitatif à l’usage du vélo

La mise en place de mesures fiscales incitatives : notamment, la création d’un forfait mobilité durable (qui remplacera l’IKV ou indemnité kilométrique vélo) pouvant aller jusqu’à 400 euros par an, accessible à tous les salariés, fonctionnaires compris.

Le soutien à l’achat de vélos à assistance électrique (arrêté prévu fin octobre 2018) et à la mise à disposition de flottes de vélos par les entreprises.

Le développement d’une culture vélo

Au-delà des déclarations d’intention, la principale annonce concernant ce point est la promesse que tous les enfants sauraient aller au collège à vélo de façon autonome et sécurisée, à l’horizon 2022.
Par ailleurs, il est mis en avant la volonté d’avoir une réflexion plus globale autour des mobilités, de développer l’activité physique pour la santé et de déployer des plans de mobilité scolaire tels que les vélobus.

 
 
Publié le jeudi 29 novembre 2018

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le vendredi 14 juin 2019
Mis à jour le mercredi 29 mai 2019
 
Publié le mercredi 22 mai 2019
 
Publié le lundi 25 février 2019
 
Publié le jeudi 8 novembre 2018
 
Publié le jeudi 5 avril 2018
Mis à jour le vendredi 6 avril 2018
 
Publié le vendredi 30 mars 2018
 
Publié le mercredi 28 février 2018
Mis à jour le samedi 27 octobre 2018
 
Publié le samedi 10 février 2018
Mis à jour le jeudi 1er février 2018
 
Publié le lundi 18 décembre 2017
 
Publié le lundi 7 août 2017
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le vendredi 14 juin 2019