» Echos cyclistes » Port du casque obligatoire pour les moins de 12 ans
 
Port du casque obligatoire pour les moins de 12 ans

 

Depuis le 21 décembre 2016, le décret n° 2016-1800 rend obligatoire le port du casque pour les conducteurs et les passagers de cycle âgés de moins de douze ans :

« Art. R. 431-1-3. - I. - En circulation, le conducteur et le passager d’un cycle, s’ils sont âgés de moins de douze ans, doivent être coiffés d’un casque conforme à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle. Ce casque doit être attaché.
II. - S’il est âgé d’au moins dix-huit ans, le conducteur de cycle qui transporte un passager âgé de moins de douze ans doit s’assurer que ce passager est coiffé d’un casque dans les conditions prévues au I.
De même, la personne âgée d’au moins dix-huit ans qui accompagne au moins un conducteur de cycle âgé de moins de douze ans doit s’assurer, lorsqu’elle exerce une autorité de droit ou de fait sur ce ou ces conducteurs, que chacun est coiffé d’un casque dans les conditions prévues au I.
III. - Le fait de contrevenir aux dispositions du II est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.
IV. - Un arrêté du ministre chargé de la sécurité routière fixe les caractéristiques du casque mentionné au I. »

Pour que le temps soit laissé à chacun de s’équiper, la loi entrera en vigueur le 22 mars 2017.

Pour autant était-il vraiment nécessaire de rendre obligatoire le port du casque pour les cyclistes ? (Cet article ne parle que des cyclistes du quotidien) Car ne nous voilons pas la face, on commence par les enfants puis l’obligation sera étendue à tous.

Alors, oui, les enfants ont une tête proportionnellement plus grosse par rapport au reste du corps et le risque est plus grand pour eux de se cogner la tête plutôt que l’épaule. D’autant qu’ils ont une conscience du danger amoindrie. Il est vrai aussi que le petit transporté sur le porte-bagages n’aura peut-être pas conscience de la chute qui arrive et moins le réflexe de placer ses mains en avant pour amortir cette chute.

Mais ces arguments ne sont pas valables lorsqu’on parle d’adultes.
Tout d’abord, comme le constate le magazine Sport et Vie (n°149, mars-avril 2015) : « Il y aurait à ce jour 549 078 études sur le port du casque pour les cyclistes. Aucune ne permet de conclure s’il sauve plus de vies qu’il n’en coûte. »
Presque 600 000 études quand même ! Pas deux ou trois !

A côté de cela, une étude de l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) publiée en 2005 fait état des chiffres des traumatismes crâniens. Etude très parlante, jugez vous-mêmes :
La part des blessés touchés au crâne est de :

  • 26 % pour les piétons
  • 24 % pour les automobilistes
  • 17 % pour les cyclistes.

Pourquoi, alors, en toute bonne logique, ne pas imposer le port du casque aux piétons et automobilistes ?

D’autre part, rendre le port du casque obligatoire laisse à croire que le vélo est un moyen de transport dangereux, alors que les vélos provoquent rarement des accidents et que les cyclistes chutent peu tout seuls. Ce port de casque obligatoire, donc, dédouane les décideurs qui feraient mieux de rendre la ville plus sûre aux cyclistes par des aménagements mais aussi par une modération de la circulation motorisée puisqu’il a été démontré que la généralisation du 30 km/h en ville améliore la sécurité de tous. 

Par ailleurs, on voit bien que ce sont les pays qui n’ont pas de politique cyclable qui imposent le casque (Autriche, Espagne, Lettonie…). Ce n’est pas le cas Aux Pays-Bas, en Allemagne ou en Belgique où les cyclistes sont très nombreux.

De plus, dans les pays où le port du casque a été rendu obligatoire soit la pratique a chuté de façon drastique (Australie, Nouvelle-Zélande par exemple) soit la loi a été retirée (Mexique…).
Retirée ? Mais pourquoi ? Parce que :

  • moins de cyclistes dans les rues, c’est plus d’accidents ; c’est ce qu’on appelle l’effet de sécurité par le nombre
  • lorqu’un automobiliste voit un cycliste casqué, inconsciemment, il en conclut que celui-ci est moins vulnérable, son comportement change et devient plus risqué. (source BBC News)
  • en France, la sédentarité est le 4e facteur de mortalité (après tabagisme, hypertension et le diabète). (Source : Fédération Française de Cardiologie) et il suffit que l’obligation de porter le casque dissuade 1 cycliste sur 4 000 pour que le bilan financier devienne négatif. (Analyse coût/bénéfice pour la collectivité sur les dépenses de santé). Or on connaît bien les avantages du vélo sur la santé.

Laissons donc chacun choisir s’il veut ou non porter le casque sans que cela soit imposé à tous et sans nuace.

Pour conclure, une petite précision : avec cette nouvelle loi, si un enfant ne porte pas de casque à vélo, il est puni d’une amende de quatrième classe.
Autant qu’un camion qui grille un feu rouge !

Si vous voulez aller plus loin :

Le casque bientôt obligatoire pour les - de 12 ans - droitauvelo.org

C’en est fait... les enfants seront marqués d’un casque : www.isabelleetlevelo.fr

10 arguments contre le port du casque à vélo : transports.blog.lemonde.fr

Port du casque obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans : troyesenselle.fr

 
crédit carfree.fr
crédit carfree.fr
 
 
Publié le mardi 3 janvier 2017

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le jeudi 5 avril 2018
Mis à jour le vendredi 6 avril 2018
 
Publié le vendredi 30 mars 2018
 
Publié le mercredi 28 février 2018
Mis à jour le vendredi 30 mars 2018
 
Publié le samedi 10 février 2018
Mis à jour le jeudi 1er février 2018
 
Publié le lundi 18 décembre 2017
 
Publié le lundi 7 août 2017
 
Publié le mardi 6 juin 2017
 
Publié le jeudi 18 mai 2017
 
Publié le samedi 1er avril 2017
 
Publié le lundi 20 mars 2017
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le vendredi 19 octobre 2018